Ancrage des garde-corps sur l’acrotère : un défi thermique et structurel

Partout où des ponts thermiques sont susceptibles d’apparaître, les blocs d’assise de Cellumat (ʎ = 0,125 W/Mk ; Fb = 4,50 N/mm²) constituent la solution la plus simple et la plus efficace pour réaliser les nœuds constructifs. On demande de plus en plus souvent aux entrepreneurs d’installer une balustrade sur l’acrotère. Dans ce cas, outre que l’acrotère devra assurer la rupture thermique, il devra aussi offrir suffisamment de stabilité pour les garde-corps. Avec ses blocs de chaînage vertical, Cellumat propose une solution innovante. Les ancrages d'acier utilisés pour fixer la balustrade sont intégrés dans les trous des blocs, qui seront ensuite remplis de béton. Ce système n’a aucune influence sur la qualité du nœud constructif et offre en outre une solution structurelle. 

Depuis qu’il a découvert les blocs percés de Cellumat, l’Entrepreneur général Louis De Waele les a utilisés à plusieurs reprises pour des immeubles à appartements. Benoît De Mol, chef de chantier : « Réaliser un garde-corps sur un acrotère est souvent compliqué en raison du double challengethermique et solidité suffisante. De plus, l’acrotère doit continuer à remplir sa fonction traditionnelle de retenue des eaux. Les blocs de chaînage vertical de Cellumat nous permettent à chaque fois de réaliser ce travail de façon rapide et efficace en termes de coûts. »